Accueil > Informations pratiques > FAQ

FAQ

Questions fréquemment posées

AUGMENTATION MAMMAIRE

La pose d’implants mammaires est-elle prise en charge par la Sécurité Sociale ?
> Non, sauf syndrome malformatif et cas particuliers tels : syndrome de Poland, agénésie, hypoplasie mammaire très sévère.

Comment choisir le volume de ses prothèses ?
> Le choix de la taille des prothèses se fait en concertation avec le médecin lors de la consultation. A l’aide d’implants mammaires d’essai, vous pourrez vous faire une idée de la taille qui vous conviendrait. Le médecin est là pour vous guider et vous indiquer la taille la plus appropriée d’après votre morphologie.

La mise en place de prothèses mammaire augmente-t-elle le risque de développer un cancer du sein ?
> Toutes les études scientifiques (à grande échelle et à long terme) ont prouvé que les femmes porteuses de prothèses mammaires ne développaient pas plus de cancer du sein que les autres.

Vaut-il mieux être opéré avant ou après les maternités ?
> Il n’y a pas de réponse à cette question. Les deux cas sont fréquents, il n’y a pas de contre-indication à une grossesse pour les porteuses d’implants et il leur est même possible d’allaiter. En revanche, on attend un délai de six mois minimum après une naissance pour poser des implants.


LIPOSUCCION

Comment déterminer le prix d’une liposuccion ?
> Il est très difficile de vous donner un prix fixe par téléphone car celui-ci varie notamment en fonction des zones à traiter et de votre corpulence. C’est la raison pour laquelle la rencontre avec le chirurgien est indispensable à l’établissement d’un devis fixe et personnalisé.

Combien de temps dois-je garder le panty ?
> En règle générale, entre 6 à 8 semaines.
Vous pouvez très bien vous doucher avec ou l’enlever pour la toilette et le remettre ensuite.

Puis-je me faire une liposuccion de plusieurs zones ?
> Oui bien-sûr, il est possible de faire plusieurs zones en un même temps opératoire, surtout quand ce sont des petites zones.
Il n’est pas rare de voir des liposuccion de 4 zones se faire en une seule fois.
Il n’est en revanche pas possible de faire de trop grosses liposuccions en ambulatoire.


CHIRURGIE ESTHÉTIQUE

Quels sont les types d’anesthésies pratiquées ?
> Anesthésie générale : Le patient est inconscient et insensible à la douleur grâce aux médicaments administrés par voie intraveineuse et/ou inhalatoire.

Anesthésie locorégionale : Son principe est d’empêcher la douleur de se propager en bloquant la transmission nerveuse le plus près possible de l’endroit où elle nait.
Elle consiste à injecter des anesthésiques locaux près des nerfs responsables de la sensibilité de la zone opérée.

Anesthésie locale : Cette anesthésie se limite à la région visée et est généralement réalisée par injection d’anesthésiques locaux dans les tissus à anesthésier ou parfois par l’application de crème ou de gelée. Ce type d’anesthésie peut être réalisé directement par le chirurgien.

Qu’est-ce que la chirurgie ambulatoire ?
> La chirurgie ambulatoire, autrement appelée chirurgie d’un jour, est un traitement de chirurgie permettant la sortie du patient le jour même de son admissions, et cela, dans des modalités techniques de sécurité optimale.

Quels sont les risques en chirurgie esthétique ?
> Aucun acte médical n’est anodin. Même à visée esthétique, une chirurgie reste un acte avec des risques et des complications possibles. Elles sont rares et n’occasionnent pour la plupart aucun inconvénient à long terme.
L’information délivrée au patient doit être claire et précise.

Voici une liste non exhaustive des complications possibles en chirurgie esthétique :

- Mauvaise cicatrisation : Toute intervention chirurgicale implique une cicatrice. Pour atteindre le résultat final, la cicatrice va passer par plusieurs stades de maturation. Il se peut que dans le mois qui suive la chirurgie, la cicatrice devienne rouge et s’épaississe pouvant provoquer des démangeaisons.
Passé ce stade, la cicatrice évolue vers son stade final, en s’aplatissant et en devant blanche. Il convient de protéger la cicatrice du soleil durant toutes ces phases.

- Œdèmes et ecchymoses : L’œdème correspond à l’infiltration des tissus par un liquide séreux touchant notamment le tissu cutané et les muqueuses. Une ecchymose est due à une extravasation de sang dans le tissu sous-cutané et qui parait à la peau. Ces deux phénomènes sont bénins et quasi-systématiques. Ils disparaissent spontanément en quelques semaines.

- Infection : L’infection peut être plus ou moins importante. Au mieux, elle se traite par des soins locaux et dans le pire des cas elle pourra entrainer un drainage chirurgical et/ou un traitement antibiotique.

- Nécrose cutanée ou graisseuse : Une nécrose est la mort d’une partie de la peau ou de la graisse par manque d’apport sanguin adéquat. Ce type de complication est accentué chez les patients fumeurs. Elle nécessite des soins locaux et/ou une reprise chirurgicale.

Existe-t-il un délai de réflexion ?
> Depuis le décret du 12 juillet 2005, le délai légal de 15 jours entre la première consultation et la date de chirurgie est incompressible. Ce délai vise à permettre à toute personne qui souhaite subir une intervention de chirurgie esthétique de bien mûrir sa réflexion.

Est-il possible de combiner plusieurs interventions ?
> Certaines interventions peuvent être réalisées dans le même temps opératoire dès lors que la sécurité du patient n’est pas mise en jeu. Les combinaisons sont discutées en consultation. Lorsque le patient cumule deux interventions, il va de soi que le prix opératoire sera moindre et la seconde intervention est alors facturée seulement pour moitié.

Puis-je bénéficier d’un arrêt maladie dans les suites d’une chirurgie esthétique ?
> Absolument pas. La Sécurité Sociale l’interdit formellement. La convalescence post-opératoire doit se faire sur des congés.

Que comprend le devis ?
> Le prix total indiqué sur le devis comprend :
- Les honoraires du chirurgien,

- Les frais clinique,

- Les frais d’anesthésie,

- Les frais des éventuelles prothèses mises en place (prothèses mammaires, prothèses du menton, des mollets,…).

Le prix est-il le même quel que soit le chirurgien que je vois en consultation ?
> Les prix de la clinique, concernant l’augmentation mammaire, sont des prix fixes quel que soit le chirurgien que vous voyez en consultation. L’intervention coûte donc 3 550 euros auquel vous devez rajouter 50 euros de première consultation avec le médecin (les autres consultations préopératoires ainsi que postopératoires sont ensuite gratuites) et 50 euros de consultation avec un anesthésiste.