Accueil > Chirurgie esthétique > Chirurgie esthétique du visage (3D) > Plastie du sourcil

Plastie du sourcil

La correction du sourcil

LE SOURCIL

Le sourcil joue un rôle important dans l’expression comme dans l’esthétique du visage.

Différents aspects peuvent être rencontrés :

L’aspect charnu de la partie externe du sourcil traduit souvent une exagération de la bourse graisseuse sourcilière.

La ptose du sourcil, très fréquente, siège bien souvent dans la partie externe et ne fait qu’aggraver le dermatochalasis.

L’existence de rides inter-glabellaires, ride du lion, de rides horizontales naso-glabellaires, traduisent une exagération des contractions musculaires au niveau des corrugator et du depressor supercilii.

Ces différents symptômes peuvent être traités par des gestes chirurgicaux, comme par d’autres traitements médico-chirurgicaux à visée cosmétique.


LA PLASTIE DU SOURCIL

Il s’agit donc de la bourse graisseuse sourcilière de la partie externe.

Le traitement comportera l’ablation chirurgicale en utilisant la voie de blépharoplastie supérieure.

Les différents temps sont alors :
- Délimitation de la zone latérale du sourcil à désépaissir.
- Dissection sous-orbiculaire dans le fascia-rétri-orbiculaire.
- Visualisation de la graisse à réséquer et résection au bistouri électrique d’une ellipse de 1,5cm dans la partie médiane.

CORRECTION D’UNE PTOSE DU SOURCIL PAR PEXIE INTERNE :

C’est la fixation interne du sourcil au périoste du rebord supra-orbitaire. Il s’agit de la mise en place d’une à trois sutures profondes d’un fil non résorbable, fixé entre la face profonde du sourcil et le rebord supra-orbitaire (environ 1,5 cm au-dessus du rebord selon la position désirée du sourcil).

TRAITEMENT DES RIDES VERTICALES ET GLABELLAIRES, DITES RIDES DU LION, PAR VOIE DE BLEPHAROPLASTIE :

Au cours de la blépharoplastie, après avoir réalisé l’excision cutanée ou orbiculaire, la dissection est prolongée en haut et en dedans de l’espace sous orbiculaire, afin de mettre en évidence le rebord supérieur de l’orbite.

On découvre alors le dépressor supercilii en repérant ses fibres verticales qui s’étendent de leur insertion osseuse à la tête du sourcil.

Le dépressor est réséqué et le corrugator est mis en évidence avec sa direction oblique en haut et en dehors.

Le corps musculaire est sectionné, latéralement, avant sa pénétration dans le plan du frontal et de l’orbiculaire, médicalement en dehors du nerf supra-trochléaire.