Accueil > Chirurgie esthétique > Chirurgie esthétique du corps (3D) > Lifting de la face interne de la cuisse

Chirurgie de remise en tension de la cuisse

Lifting de la face interne de la cuisse

Rajeunissement de la cuisse à Toulouse

LE LIFTING DE LA FACE INTERNE DE LA CUISSE

Pour améliorer l’aspect de la face interne de la cuisse touchée par le vieillissement, une simple lipoaspiration, bien souvent, ne suffit pas.

En effet, le relâchement cutané risque d’être accentué par l’ablation de la graisse si la qualité de la peau ne permet pas une remise en tension spontanée.

Cette remise en tension de la peau devra se faire par le moyen d’un lifting crural ou lifting de la face interne de la cuisse.
Cette intervention a pour but de réaliser l’ablation de l’excédent de peau, de réduire l’infiltration graisseuse sous-jacente et de bien suspendre la peau en profondeur.

Après réalisation d’un bilan pré-opératoire classique et visite de l’anesthésiste pour définir le type d’anesthésie choisi, l’intervention sera réalisée dans un bloc opératoire stérile par un chirurgien plasticien confirmé.

L’INTERVENTION

Comme pour toute intervention, chaque chirurgien adopte une technique qui lui est propre mais des principes communs existent.

L’incision :

- Elle est située en avant du pli de l’aine.
- Elle se prolonge dans le sillon situé entre le périnée et le haut de la face interne de la cuisse.
- Elle se poursuit en arrière jusqu’au pli fessier où elle se termine.
- Cette incision correspond à la future cicatrice.
- Elle sera dissimulée dans les plis naturels.

La lipoaspiration :

- Elle est associée chaque fois qu’il existe une infiltration adipeuse de la région.

La peau en excès est retirée et une fixation est réalisée en profondeur au ligament aponévrotique, situé en haut de la face interne de la cuisse, de manière à bien maintenir la correction de l’affaissement, éviter que la cicatrice ne redescende. Celle-ci se trouve cachée dans un pli naturel et sera donc assez discrète.

LES SUITES OPÉRATOIRES

L’intervention et réalisée en ambulatoire, cela vaut dire que la sortie a lieu le soir même de l’intervention.

Dans les suites opératoires, des ecchymoses (bleus) et un œdème (gonflement) apparaissent généralement assez vite. Ils régressent dans les 10 à 20 jours suivant l’intervention.

La douleur est en règle générale peu importante et limitée à quelques sensations de tiraillement et d’élancements.

Pendant la période de cicatrisation, la tension qui s’exerce sur les berges de la suture peut être désagréable. Il vaut mieux éviter tout étirement brutal, donc s’abstenir de sports violents.

Un arrêt de travail de 1 à 3 semaines est à prévoir en fonction de l’activité professionnelle exercée.

L’activité sportive pourra être reprise progressivement à partir de la sixième semaine post-opératoire.

Pendant trois mois, la cicatrice est rosée puis s’estompe jusqu’à la troisième année.

Comme toute les cicatrices, elle ne doit pas être exposée aux UV avant 3 mois.

LE RÉSULTAT

Le résultat final du lifting de la cuisse s’apprécie au bout de 6 à 12 mois après l’intervention.

On doit constater une nette amélioration de la morphologie de la cuisse grâce à une bonne correction de l’infiltration graisseuse et du relâchement de la peau.

Les résultats sont nettement meilleurs qu’autrefois grâce à l’expérience et l’amélioration des techniques utilisées.

Il s’agit néanmoins d’une chirurgie délicate qui requiert une grande rigueur et un chirurgien qualifié sans être à l’abri d’une imperfection de résultat.

Les imperfections de résultat peuvent être le plus souvent retouchées car liées à la cicatrice ou à l’insuffisance de l’aspiration.

Les complications doivent être envisagées lors de la discussion avec le chirurgien.

Le lifting de la face interne des cuisses, bien que réalisé pour des motifs essentiellement esthétiques, n’en reste pas moins une véritable intervention chirurgicale qui implique tous les risques liés à l’acte médical, aussi minimes soit-ils.